NOËL DANS LA POÉSIE DE BERNARD LACROIX

Posté le 27 décembre 2020 par apreslhistoire dans Art et littérature, Morceaux choisis

« [...] car la Loi fut donnée par Moïse,
la grâce et la vérité sont venues par Jésus Christ »

(Jean, 1, 17)

Église de Pont-l'Évêque - II

Église de Pont-l’Évêque (Calvados)
Photographie : Emmanuel Fournigault 

Bernard Lacroix (1933-2015) est régulièrement évoqué et cité dans Après l’histoire. Poète, artiste, musicien et plus encore, il m’a été donné de le lire puis de contempler ses oeuvres grâce au blog que ses amis lui ont consacré. Un livre, Aux lisières du temps, est également paru en 2019, qui rassemble sa poésie et présente certains de ses tableaux, de ses sculptures et de ses créations (1)

Les deux poèmes cités ici sont extraits de la partie du recueil consacrée à Noël. Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire à propos de la poésie en général et de celle de Bernard Lacroix en particulier, il y a un lien étroit entre prière et poésie, entre le Verbe et la parole du poète. (2) La poésie, pour reprendre l’expression de Gregory Mion, « traduit le divin », elle le porte, elle porte son Verbe. Mais la poésie a aussi partie liée avec la vie, de même que le Verbe est incarné Il n’y a pas de surplomb, mais une élévation à partir du réel, une tension vers l’au-delà, mais un au-delà qui renvoie au monde d’ici-bas. La simplicité, au sens de pureté indifférente à la sophistication, de la poésie de Bernard Lacroix illustre magistralement ce lien étroit entre prière et poésie. C’est sans doute pourquoi la lecture à haute voix ou simplement murmurée d’un poème accompagne le croyant, entretient sa foi, la porte, tant la foi a besoin d’être soutenue et protégée des ténèbres, du verbe faux, mais aussi du désespoir.

L’esprit de Noël est  empreint de simplicité, il renvoie à l’enfance, au sens où l’entendent Chesterton et Bernanos, il participe de l’affirmation d’une liberté et d’une révolution, fort éloignées de ce que ces concepts sont devenus avec la modernité.

Comme l’écrit fort justement Élisabeth Bart dans sa préface au recueil consacré au poète : « La poésie de Bernard Lacroix n’est pas sans rappeler celle d’Armand Robin, auteur du lumineux Ma vie sans moi. « Anarchistes de la Grâce », pour reprendre la fulgurante formule du Breton polyglotte, hommes libres, fils d’agriculteurs fidèles à leurs racines, ils ont écrit comme on prie, en quête du silence, de l’innocence retrouvée. » (3)

Cristina Campo (1923-1977) quant à elle nous rappelle que : « La poésie est aussi attention, c’est-à-dire lecture, sur de multiples plans, de la réalité autour de nous, qui est vérité en figures. Et le poète, qui dissout et recompose ces figures, est lui aussi un médiateur : entre l’homme et le dieu, entre l’homme et son semblable, entre l’homme et les lois secrètes de la nature. » (4)

******

Pays d'Auge - 1

Pays d’Auge
Photographie : Emmanuel Fournigault

SOLSTICE D’HIVER 

Les vaches,

Que d’aucuns croient stupides,
Témoignent ce soir-là
Du solstice de toutes promesses.

Elles boivent l’eau fleurie *
Elles paissent l’herbe de mémoire,
Elles ruminent les pollens engrangés.

Là-haut, pour une nuit,
La source n’est pas orpheline,
Les roches appellent les toisons errantes,
La cendre sous le chaudron imagine le feu nouveau.
Dans les sentiers, des bruits familiers s’inventent…

Les cloches tintent au plus profond des étables.

Dehors,
Il y a désormais une étoile entre Dieu et les hommes : 
L’été vient de naître. »

Bernard Lacroix

* En Savoie, selon une coutume ancestrale, la nuit de Noël,
on emmenait les vache boire au bassin « l’eau fleurie».

******

BEL ENFANT

« Bel enfant qui souris dans tes langes,
N’écoute pas les anges
Te chanter « Gloria !
Roi de toute la terre ! »
Roi de toutes les misères
Tu seras !

Bel enfant, Mages et bergers s’assemblent,
Ils vont venir ensemble :
Prends garde ! Ces gens-là
Qui se disent des frères,
Feront pleurer ta mère,
Tu verras !

Bel enfant, il faut que tu saches : 
C’est une croix qu’ils cachent,
Une, puis deux, des tas…
Tant que la ronde est ronde
Toutes les croix du monde
Les voilà ! »

Bernard Lacroix 

******

Église de Pont-l'Évêque

Église de Pont-l’Évêque
Photographie : Emmanuel Fournigault 

La poésie comme prière donc, mais aussi comme épiphanie, comme manifestation de la présence de Dieu, de la présence des dieux. Au-delà de l’analyse qu’on peut faire du poème, pour tenter de le comprendre, de le faire comprendre pour le faire lire, il y a, in fine, le poème lui-même dans sa pureté, à condition que le lecteur fasse abstraction de lui-même, de ses affects, de sa propre pensée et de l’encombrant bavardage qui accompagne désormais toute Parole vraie. Alors, alors seulement, et à la condition de faire silence, le poème apparaît pour ce qu’il est : une Parole voulue par les dieux. 

Dans son avant-propos à son essai sur la poésie d’Hölderlin, Heidegger écrit ceci : « Dans le tapage des « langages apoétiques », les poèmes sont comme une cloche, qui pend à l’air libre, et qu’il suffit d’une légère chute de neige sur elle pour désaccorder. [...] Peut-être que tout éclaircissement de ces poèmes est chute de neige sur la cloche. [...] Pour l’amour de ce qui vient en poème, l’éclaircissement doit viser à se rendre lui-même superflu. Le dernier pas, mais aussi le plus difficile, de toute interprétation consiste à disparaître avec tous ses éclaircissements devant la pure présence du poème. 

Le poème se tenant alors sous son propre statut apporte lui-même immédiatement une lumière aux autres poèmes. C’est pourquoi en relisant les poèmes, nous croyons les avoir ainsi compris. Il est bon que nous croyions cela. » (5)

******

Emmanuel Fournigault
Le 27 décembre 2020

____________________________________________________________

(1) Le livre peut être commandé sur le site à partir de ce lien.
(2) J’ai notamment consacré les deux notes en lien ci-après à Bernard Lacroix : La poésie comme prière et Le ciel et ici-bas.
(3) Armand Robin, Ma vie sans moi (Gallimard/Poésie, 2004 pour l’édition référencée).
(4) Cristina CampoPoésie et attention, in Les Impardonnables (Gallimard/L’Arpenteur, 1992, pp. 209-210).
(5) Martin Heidegger,
Approches de Hölderlin (Gallimard/Tel, 1973, pp. 7-8). 

Les commentaires sont fermés.

D'autres nouvelles

Art et littérature

RÉPARER LA PÂQUE AVEC PAUL CLAUDEL ET JEAN CLAIR

« Frères, si vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez ...

CE QUE PEUT LA LITTÉRATURE

Aux passeurs de témoin… « La littérature est le lieu de rencontre ...

IMRE KERTÉSZ ET L’HOMME FONCTIONNEL : MÉDITATION SUR LES FARDEAUX DE NOTRE TEMPS

« Quelque art et quelque science que vous possédiez, n’en tirez donc ...

GEORGES BERNANOS ET LA CHRÉTIENTÉ MILITAIRE

 « On a volé leur patrie aux Français, je veux ...

PASCAL QUIGNARD : LA CONFESSION DE SAINT HIPPOLYTE (et autres extraits)

 « La question de tous les temps est toujours :  Qu’est-ce ...

UNE VISION DU CIMETIÈRE ET AUTRES EXTRAITS DE CRISTINA CAMPO

« [...] le silence prenait sa valeur réelle, qui est celle ...

LE MUSÉE COMME SYMPTÔME

  « On ne saurait bien voir les choses du monde ...

SOUS LE REGARD DE REMBRANDT, POST-SCRIPTUM

« Rembrandt, triste hôpital tout rempli de murmures, Et d’un ...

SOUS LE REGARD DE REMBRANDT : CONSIDÉRATIONS ÉPARSES SUR L’ART, LA PEINTURE ET SON EXPOSITION

Aux fantômes de l’enfance…  « Venez et voyez. » Jean, 1, 39 « [...] ...

ÉPIPHANIE : L’ÉVANGILE POUR TOUS

 « En ce petit matin de l’An tout neuf, quand le ...

ESPRIT ET VISION DE NOËL

Aux chrétiens d’Orient  « Une seule fois Une seule Dans l’histoire du ...

DÉFUNTS

« Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. » (Évangile selon ...

LE PARADIS SELON CHARLES PÉGUY… ET AUTRES CONSIDÉRATIONS

« Deux mille ans de labeur ont fait de cette ...

LA NUIT ÉCLAIRÉE DE JEAN DE LA CROIX

Á ma maman qui ne peut plus lire les beaux textes ...

EN LISANT THÉRÈSE D’AVILA : MÉDITATION SUR L’ÂME, LA LIBERTÉ ET LE DÉNUEMENT

« Celui qui aime l’argent ne sera jamais rassasié et ...

LA POÉSIE COMME PRIÈRE : SUR UN POÈME DE BERNARD LACROIX

« La beauté, c’est l’harmonie du hasard et du bien.» Simone Weil ...

REGARD SUR UN CHEF-D’OEUVRE : LA VIERGE AU PIED D’ARGENT

 «Nous périssons faute d’émerveillement mais non faute de merveilles.» (Chesterton)     ...

POST-SCRIPTUM BALZACIEN

  Dans la note consacrée à Béatrix, je tentais de souligner ...

BEATRIX, BALZAC, CRITIQUE DE L’EGALITE MODERNE

La question de l’égalité est une question centrale de la ...

LE CIEL ET ICI-BAS

 A l’occasion d’un récent séjour dans mon village normand en ...

PENSER DIEU ET PENSER LE MAL APRES AUSCHWITZ

« Je me souviens de mes amis Demandant au seuil de ...

IN MEMORIAM, 21 JANVIER 1793 : SUR LA FRAGILITÉ DES RÉGIMES POLITIQUES *

« C’est un pauvre coeur que celui auquel il est ...

LES CONSOLATIONS DE LA MÉDITATION

Après les 7-9 janvier 2015, Après le 13 novembre 2015, Après le ...

MAURIAC, LA FOI ET REMBRANDT

Lisant ou relisant au cours du mois décembre 2014, plusieurs ...

GEORGES ROUAULT, UN PEINTRE AU COEUR DU MYSTERE CHRETIEN

« Au commencement était le Verbe et le Verbe était ...

LA POESIE COMME SURVIE ET FAÇON D’HABITER LE MONDE

« INCANDESCENCE » DE VIOLETTE MAURICE (1919-2008) (1) La poésie, plus encore ...

REGARD SUR UNE EGLISE, SAINT-PAUL SAINT-LOUIS – PARIS IVè

L’ECLAT DE LA CONTRE-REFORME Ad majorem Dei gloriam (1) (Pour une plus ...

Eglises et religion

TOUSSAINT

À  la mémoire des catholiques victimes de l’attentat anti-chrétien de la ...

NOTRE-DAME, APRES LES LARMES

« Toujours penchée sur le grabat des âmes, Elle [la ...

MORCEAUX CHOISIS : LA SAINTETÉ SELON GEORGES BERNANOS

« Oh ! Mère, est-ce la fin ? disait à sa ...

MORCEAUX CHOISIS : JE NE PENSE PLUS VOYAGER de François Sureau

À la mémoire de ma marraine dont le voyage dans la ...

UNE MESSE POUR BLANCHE DE CASTILLE

« On sait que nombre de conversions sont dues à la ...

UNE SI DISCRÈTE ÉGLISE : NOTRE-DAME-SUR-L’EAU

« Les architectes et les archéologues ne font en somme, ...

POUR NOS ÉGLISES, CES LIEUX SACRÉS…

A la mémoire du Père Jacques Hamel, exécuté pendant l’office, le ...

EN NOS PAYS PERDUS : LE PRIEURÉ DE SAINT-GABRIEL-BRÉCY (CALVADOS)

« La Croix demeure tandis que le monde tourne. » (devise ...

PITIÉ POUR LES CIMETIÈRES !

Photographie : Emmanuel Fournigault   « Mais avec tant d’oubli comment faire ...

L’AVENT, TEMPS DE L’ATTENTE

Église Sainte-Madeleine (Bagnoles de l’Orne) Photographie : Emmanuel Fournigault Avec l’Avent, la ...

LA TOUSSAINT ET DEFUNTS

Photographie : Emmanuel Fournigault Les premier et deux novembre sont successivement ...

ASSOMPTION, MARIE ET CHARLES PÉGUY

« Écoute ma fille, regarde et tends l’oreille ;  ...

LA SAINTE TRINITE

Masaccio – La Trinité (1425-1428) La Trinité (Le Père, Le Fils ...

INOUBLIALBES – 4 – BOSSUET ET LA VANITE DES HOMMES

LE SERMON SUR L’AMBITION   Notre époque (au sens du projet moderne ...

Morceaux choisis

MAURICE BARRÈS : LE DIALOGUE DE LA CHAPELLE ET DE LA PRAIRIE

« Le miracle sacré du dépaysement est désormais dans nos ...

INOUBLIABLES- 5 – Barbara et Marie Paule Belle

Certains pourront trouver étrange que soient citées ici deux merveilleuses ...

INOUBLIABLES – 3 – LA POESIE ET LA MORT

Notre époque s’enorgueillit de prolonger nos vies de pécheurs. Vivre ...

INOUBLIABLES – 2 – LA DOULEUR DE MARGUERITE DURAS

      Lire Marguerite Duras est toujours un bonheur éprouvant. Cela fait ...

MORCEAUX CHOISIS : DIRE L’INDICIBLE ET LE REPRÉSENTER

« Je me souviens de mes amis Demandant au seuil de ...

Pays

D’AUTRES VISAGES DE LA FRANCE (II)

« Il s’était retiré dans ses paysages, là où l’absurde ...

D’AUTRES VISAGES DE LA FRANCE (I)

« Je n’ai presque jamais cessé, depuis des années, de revenir à ...

PAYS D’ORNE ET PAYS FRONTALIERS, REMPARTS CONTRE LES TEMPS PRESENTS

Lassay les Chateaux (Mayenne) Dans deux notes consacrées aux paysages et ...

PAYSAGES ET PAYSANS – II

Photographie : Emmanuel Fournigault Dans la première partie, et, plus exactement, ...

PAYSAGES ET PAYSANS – I

Photographie : Emmanuel Fournigault Savons-nous encore contempler un paysage ? Non pas ...

Limaginairedecharlotte |
8eartmagazine |
marseille 2013 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lesyndromeabascule
| Association culturelle Truc...
| Encredesusu