UNE MESSE POUR BLANCHE DE CASTILLE

Posté le 4 mars 2018 par apreslhistoire dans Eglises et religion

« On sait que nombre de conversions sont dues à la prédication,
mais l’étincelle peut jaillir d’un seul geste liturgique parfait ; 
on rapporte que quelqu’un s’est converti en voyant deux moines
s’incliner profondément, d’abord ensemble, devant l’autel,
ensuite l’un vers l’autre, puis se retirer au plus profond du choeur. »

Cristina Campo (1)

Saint-Germain-l'Auxerrois

Photographie : source Internet 

Hier, 3 mars, une messe en l’honneur de Blanche de Castille, née le 4 mars 1188, était donnée en l’église Saint-Germain-l’Auxerrois, dans le premier arrondissement de Paris, située face au musée du Louvre. Cette église, paroisse des rois de France, est une des plus anciennes de la capitale. Son histoire architecturale s’étend du 12e siècle (clocher) au 19e siècle (décoration de la Chapelle de la Vierge). Il y a même une oeuvre de notre siècle depuis peu : un vitrail de 2014 que l’on doit à l’artiste Claude Courageux

Je ne sais si tous les Parisiens savent quelle est leur chance de vivre non à Paris en tant que ville (car, comme nombre de villes, Paris s’enlaidit et devient globalement invivable, sauf à parvenir à s’isoler pour échapper au bruit, à la saleté et aux incivilités), mais à Paris en tant que lieu d’Histoire, en tant qu’âme de la France, en tant que survivance d’une civilisation menacée par ce qu’il faut bien appeler « les ennemis de l’intérieur »… Certains voient dans cette expression les seules populations d’origine non européenne. Il n’en est rien ! Les premiers « ennemis de l’intérieur », ce sont les européens eux-mêmes, de plus en plus indifférents à leur héritage, à ce qu’ils sont et qu’ils s’évertuent, par tous les moyens, à faire oublier.
Mais revenons à cette messe : elle fut célébrée selon le rite en forme extraordinaire, c’est-à-dire en latin (à l’exception de la splendide homélie du Père Xavier Champagne-Deuve de l’Institut du Bon Pasteur), les prêtres tournant le dos aux fidèles, les yeux fixés sur la Croix. Ce rite dit extraordinaire est en fait le rite romain de la réforme tridentine (Concile de Trente, 1542-1563, tenu en réaction à la « réforme » protestante) ; il est une des formes liturgiques de la messe. Il fut longtemps considéré comme la manifestation du rejet du Concile Vatican II (ce qui procède d’une interprétation erronée) et fut à l’origine du schisme de Monseigneur Lefebvre à la fin des années 1980. Grâce à l’intercession du pape Benoît XVI, grand pape (souvent incompris) et théologien remarquable, les schismatiques (dont je ne fais pas partie) ont été réintégrés dans la communauté catholique romaine (qu’ils n’avaient au demeurant jamais fondamentalement quittée). 
Surtout, Benoît XVI a ouvert la possibilité dans les paroisses fidèles à Vatican II de reprendre certains des aspects de la liturgie traditionnelle. 
 
Nous étions donc, hier, une poignée de fidèles, de toutes générations, à nous recueillir en la mémoire de cette très grande reine qui assura à deux reprises la régence de son fils, Louis IX, Saint Louis, l’un des plus grands rois de France, lorsqu’il partit aux Croisades.
 
Dans une homélie aussi dense que concise, le Père Champagne-Deuve a magnifiquement retracé sa vie d’épouse (de Louis VIII), de mère et de femme d’État et rappelé en quoi les pays en général et la France en particulier avaient besoin de responsables politiques attachés à leur patrie et à l’héritage dont elle est dépositaire, comme nous tous. 
Cette messe fut accompagnée de chants grégoriens superbement interprétés par un groupe de quatre chanteurs qui appartiennent à l’ensemble Velut Umbra (comme une ombre) dont vous pouvez avoir un aperçu en ouvrant le lien ici
 
Nous étions donc quelques-uns hier matin, dans ce haut lieu de l’histoire de France, à proximité de la rue de Rivoli, cette rue bruyante et affairée, à rompre le temps pour retrouver le Temps, à s’abstraire du monde pendant plus d’une heure, pour retrouver le vrai Monde, la vraie Parole…
 
Cet office improbable, presque irréel et pourtant si profond, si substantiel m’a fait penser au beau livre de Cristina Campo (1923-1977), cet immense auteur italien, La noix d’or, recueil de notes sur des thèmes variés. Le court passage proposé ci-après est extrait de « Una Voce » (Une voix), du nom commun à plusieurs associations qui ont eu à coeur de « sauver la liturgie traditionnelle et grégorienne » (op. cité, p. 159). 
EXTRAITS
 
« Le procédé adopté par toutes les religions, c’est de se manifester dans la langue du moment, pour ne plus jamais varier ensuite parce que le moment de l’annonce unique, fixé par la Providence, doit rester intangible ». (op. cité, p. 162).
 
« Le Père Rouquet a écrit : Il ne suffit pas de comprendre la langue liturgique, il faut en comprendre le langage, qui est biblique, hiératique, mystérieux. [...] Si demain on célébrait la liturgie dans un langage immédiatement intelligible et familier à nos fidèles, ce ne serait plus une liturgie, une célébration, une communion du sacré et du mystérieux, mais un ensemble de banalités et d’assertions terre à terre qui n’auraient plus le moindre rapport avec le message chrétien. » (op. cité, p. 163). 
****** 
J’ai compris sur le tard, en fréquentant plusieurs paroisses, pour quelles raisons je me suis si souvent ennuyé à l’église de mon village, dans l’Orne : la liturgie avait pratiquement disparu et ce n’était pas uniquement « un problème de latin » (dont je ne suis qu’un médiocre pratiquant) mais aussi et, peut-être surtout, de gestes, de paroles, de silence et de tout ce qui fait qu’on se sent à la fois dans le monde et hors du monde… 
Souffrir de la quasi disparition de ce que l’on n’a pas connu (la liturgie traditionnelle), pleurer silencieusement cette « civilisation de la perte » (Cristina Campo) est une expérience parfois douloureuse et souvent troublante, mais ô combien féconde ! Elle conduit au retour, à « la source cachée », même si l’on sait très bien qu’il n’y aura pas de vrai retour, mais seulement l’illusion d’un retour. Même inconnue, ou très imparfaitement, cette liturgie nous détermine.
Nous savons qu’il manque quelque chose à nombre de messes modernes, même si la situation a évolué positivement dans certaines paroisses, comme nous l’avons rappelé. Savoir qu’il y a des chapelles, des églises qui continuent d’observer cette liturgie ou s’en inspirent davantage, renouvelant ainsi la liturgie, « réformant la réforme », est la preuve sensible qu’il est possible et même indispensable de préserver ce trésor sacré.
******
« La liturgie est la célébration des mystères divins. Elle est aussi le grand ésotérisme du catholique, qui ne sera capable de pressentir quelque chose de la liturgie céleste qu’après une longue fréquentation de la liturgie terrestre. »
Cristina Campo (op. cité, p. 154). 
 
Emmanuel Fournigault
Le 4 mars 2018
73228@2x
Claude Courageux : vitrail (source : Internet)
______________________________________
(1) La noix d’or (Gallimard/L’Arpenteur, 2006), p. 152.

Les commentaires sont fermés.

D'autres nouvelles

Art et littérature

PASCAL QUIGNARD : LA CONFESSION DE SAINT HIPPOLYTE (et autres extraits)

 « La question de tous les temps est toujours :  Qu’est-ce ...

UNE VISION DU CIMETIÈRE ET AUTRES EXTRAITS DE CRISTINA CAMPO

« [...] le silence prenait sa valeur réelle, qui est celle ...

LE MUSÉE COMME SYMPTÔME

  « On ne saurait bien voir les choses du monde ...

SOUS LE REGARD DE REMBRANDT, POST-SCRIPTUM

« Rembrandt, triste hôpital tout rempli de murmures, Et d’un ...

SOUS LE REGARD DE REMBRANDT : CONSIDÉRATIONS ÉPARSES SUR L’ART, LA PEINTURE ET SON EXPOSITION

Aux fantômes de l’enfance…  « Venez et voyez. » Jean, 1, 39 « [...] ...

ÉPIPHANIE : L’ÉVANGILE POUR TOUS

 « En ce petit matin de l’An tout neuf, quand le ...

ESPRIT ET VISION DE NOËL

Aux chrétiens d’Orient  « Une seule fois Une seule Dans l’histoire du ...

DÉFUNTS

« Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. » (Évangile selon ...

LE PARADIS SELON CHARLES PÉGUY… ET AUTRES CONSIDÉRATIONS

« Deux mille ans de labeur ont fait de cette ...

LA NUIT ÉCLAIRÉE DE JEAN DE LA CROIX

Á ma maman qui ne peut plus lire les beaux textes ...

EN LISANT THÉRÈSE D’AVILA : MÉDITATION SUR L’ÂME, LA LIBERTÉ ET LE DÉNUEMENT

« Celui qui aime l’argent ne sera jamais rassasié et ...

LA POÉSIE COMME PRIÈRE : SUR UN POÈME DE BERNARD LACROIX

« La beauté, c’est l’harmonie du hasard et du bien.» Simone Weil ...

REGARD SUR UN CHEF-D’OEUVRE : LA VIERGE AU PIED D’ARGENT

 «Nous périssons faute d’émerveillement mais non faute de merveilles.» (Chesterton)     ...

POST-SCRIPTUM BALZACIEN

  Dans la note consacrée à Béatrix, je tentais de souligner ...

BEATRIX, BALZAC, CRITIQUE DE L’EGALITE MODERNE

La question de l’égalité est une question centrale de la ...

LE CIEL ET ICI-BAS

 A l’occasion d’un récent séjour dans mon village normand en ...

PENSER DIEU ET PENSER LE MAL APRES AUSCHWITZ

« Je me souviens de mes amis Demandant au seuil de ...

IN MEMORIAM, 21 JANVIER 1793 : SUR LA FRAGILITÉ DES RÉGIMES POLITIQUES *

« C’est un pauvre coeur que celui auquel il est ...

LES CONSOLATIONS DE LA MÉDITATION

Après les 7-9 janvier 2015, Après le 13 novembre 2015, Après le ...

MAURIAC, LA FOI ET REMBRANDT

Lisant ou relisant au cours du mois décembre 2014, plusieurs ...

GEORGES ROUAULT, UN PEINTRE AU COEUR DU MYSTERE CHRETIEN

« Au commencement était le Verbe et le Verbe était ...

LA POESIE COMME SURVIE ET FAÇON D’HABITER LE MONDE

« INCANDESCENCE » DE VIOLETTE MAURICE (1919-2008) (1) La poésie, plus encore ...

REGARD SUR UNE EGLISE, SAINT-PAUL SAINT-LOUIS – PARIS IVè

L’ECLAT DE LA CONTRE-REFORME Ad majorem Dei gloriam (1) (Pour une plus ...

REGARD SUR UN CHEF-D’OEUVRE – 1

Puisque l’objectif principal de ce modeste blog est d’essayer de ...

POST SCRIPTUM AU BILLET SUR LA TRAHISON DU VERBE ET DU BEAU

    Photographie : Emmanuel Fournigault   A la faveur d’une lecture récente et ...

DU LANGAGE, DE L’ART ET DE LEUR DENATURATION OU COMMENT TRAHIR LE VERBE ET LE BEAU

Le langage et l’usage des mots sont, à la fois, ...

Eglises et religion

POUR NOS ÉGLISES, CES LIEUX SACRÉS…

A la mémoire du Père Jacques Hamel, exécuté pendant l’office, le ...

EN NOS PAYS PERDUS : LE PRIEURÉ DE SAINT-GABRIEL-BRÉCY (CALVADOS)

« La Croix demeure tandis que le monde tourne. » (devise ...

PITIÉ POUR LES CIMETIÈRES !

Photographie : Emmanuel Fournigault   « Mais avec tant d’oubli comment faire ...

L’AVENT, TEMPS DE L’ATTENTE

(Photographie : Emmanuel Fournigault) Avec l’Avent, la communauté des chrétiens (et ...

LA TOUSSAINT ET DEFUNTS

(Photographie : Emmanuel Fournigault) Les premier et deux novembre sont successivement ...

ASSOMPTION, MARIE ET CHARLES PÉGUY

« Écoute ma fille, regarde et tends l’oreille ;  ...

LA SAINTE TRINITE

Masaccio – La Trinité (1425-1428) La Trinité (Le Père, Le Fils ...

INOUBLIALBES – 4 – BOSSUET ET LA VANITE DES HOMMES

LE SERMON SUR L’AMBITION   Notre époque (au sens du projet moderne ...

LE TRIO

  « Pour toute chose [...], il y a un temps et ...

BERNANOS ET LA PASSION DU CHRIST

Photographie : Emmanuel Fournigault En cette période de Carême, il m’est ...

LA TOMBE DE L’ENFANT INCONNU

Photographie : Emmanuel Fournigault   C’est un petit village du pays d’Auge, ...

Morceaux choisis

MAURICE BARRÈS : LE DIALOGUE DE LA CHAPELLE ET DE LA PRAIRIE

« Le miracle sacré du dépaysement est désormais dans nos ...

INOUBLIABLES- 5 – Barbara et Marie Paule Belle

Certains pourront trouver étrange que soient citées ici deux merveilleuses ...

INOUBLIABLES – 3 – LA POESIE ET LA MORT

Notre époque s’enorgueillit de prolonger nos vies de pécheurs. Vivre ...

INOUBLIABLES – 2 – LA DOULEUR DE MARGUERITE DURAS

      Lire Marguerite Duras est toujours un bonheur éprouvant. Cela fait ...

MORCEAUX CHOISIS : DIRE L’INDICIBLE ET LE REPRÉSENTER

« Je me souviens de mes amis Demandant au seuil de ...

Pays

D’AUTRES VISAGES DE LA FRANCE (II)

« Il s’était retiré dans ses paysages, là où l’absurde ...

D’AUTRES VISAGES DE LA FRANCE (I)

« Je n’ai presque jamais cessé, depuis des années, de revenir à ...

PAYS D’ORNE ET PAYS FRONTALIERS, REMPARTS CONTRE LES TEMPS PRESENTS

Lassay les Chateaux (Mayenne) Dans deux notes consacrées aux paysages et ...

PAYSAGES ET PAYSANS – II

Photographie : Emmanuel Fournigault Dans la première partie, et, plus exactement, ...

PAYSAGES ET PAYSANS – I

Photographie : Emmanuel Fournigault Savons-nous encore contempler un paysage ? Non pas ...

Limaginairedecharlotte |
8eartmagazine |
marseille 2013 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lesyndromeabascule
| Association culturelle Truc...
| Encredesusu