DÉFUNTS

Posté le 2 novembre 2015 par apreslhistoire dans Art et littérature, Eglises et religion

« Heureux ceux qui pleurent,
car ils seront consolés. »

(Évangile selon Saint Matthieu, 5, 4)

« [...] désabusons-nous éternellement de tous les biens
que la mort nous enlève.» 

(Bossuet) 

DSC07042

 Photographie : Emmanuel Fournigault 

Hier, nous célébrions la Toussaint, la fête de tous les saints. Aujourd’hui, c’est la journée des défunts. Elle prolonge, en quelque sorte, la fête de la veille mais sous la forme du recueillement.

Nous avons tous nos défunts, nos êtres chers dont nous célébrons le souvenir, nos proches vivants mais partants, nos proches vivants mais dont nous savons qu’il serait mieux, pour eux comme pour nous, qu’ils s’endorment dans l’espérance partagée de la résurrection. Comme j’ai déjà tenté de le dire et de l’illustrer ailleurs sur ce site, (1) seuls les beaux textes, à commencer par les poèmes, peuvent dire, mieux que toute autre forme d’expression, à l’exception des prières, ce que chacun de nous peut ressentir au plus profond de son être et de sa solitude face à la séparation passée, présente ou à venir…

Dans cette absolue solitude, l’humilité est une vertu précieuse ; nous ne savons que faire, nous partirons à notre tour sans avoir su, sans avoir trouvé, non la réponse, mais la façon de vivre avec ces absences, temporaires, pour ceux qui y croient, mais néanmoins pesantes, envoûtantes, qui impriment à la vie quotidienne cette discrète mais permanente tristesse…

Le poète dit mieux, sans détour mais avec subtilité et élégance, ce qu’il faut dire et ce qui apaise. Le poème de Bernard Lacroix repris ci-après dit tout, sans mots inutiles, ni formules de style. Sa seule lecture rend hommage aux défunts et, en même temps, nous interroge sur la sincérité des sentiments que nous exprimons à nos morts ; il ne suffit pas d’aimer les vivants, il faut pouvoir continuer de les aimer après qu’ils nous ont quittés, pendant cette période où ils attendent que nous les rejoignions… Tel est le « pari » exigeant mais pur, pur parce qu’éprouvant, de la sincère fidélité aux morts…

******

TU M’AIMES

Tu m’aimes!
Tu m’aimes!
Tu m’aimes!
Qu’en sais-tu?
Dix,
Quinze
Ou vingt ans après ma mort,
Si tu viens encore pleurer sur ma tombe :
Là,
Là seulement,
Tu me diras « Je t’aime »
Et je te croirai… 

Bernard LacroixPetites choses d’hiver (2)

******

DSC07025

Photographie : Emmanuel Fournigault 

La matérialité des lieux de recueillement, des lieux de souvenir est importante même si beaucoup estiment qu’elle n’est pas l’essentiel. C’est affaire, non seulement de croyance, mais aussi de « sensibilité », de rapports intimes aux morts.

Se recueillir sur une tombe, c’est parfois prendre le risque d’une sensation physique troublante : celle de pencher vers la tombe, d’être aspiré par la profondeur sous nos pieds, sous nos jambes tremblantes…. Il ne faut pas craindre cette sensation, cette expérience à peine descriptible. C’est en effet une manifestation très forte de la communion avec les morts et c’est par cette communion (comme le permet la prière) que les vivants que nous sommes peuvent entrer en dialogue avec les morts, que les morts que nous deviendrons peuvent ressentir au plus profond de leur âme la présence des vivants disparus.

Les chrysanthèmes du Père Lachaise - I (2)

Photographie : Emmanuel Fournigault 

Emmanuel Fournigault
Le 2 novembre 2015.

______________________________________________________________________

(1) Je me permets de renvoyer à la note : La poésie et la mort.

(2) Ce poème a été mis en ligne sur le site Les Amis de la Collection Bernard Lacroix et peut être lu ici

Les commentaires sont fermés.

D'autres nouvelles

Art et littérature

PASCAL QUIGNARD : LA CONFESSION DE SAINT HIPPOLYTE (et autres extraits)

 « La question de tous les temps est toujours :  Qu’est-ce ...

UNE VISION DU CIMETIÈRE ET AUTRES EXTRAITS DE CRISTINA CAMPO

« [...] le silence prenait sa valeur réelle, qui est celle ...

LE MUSÉE COMME SYMPTÔME

  « On ne saurait bien voir les choses du monde ...

SOUS LE REGARD DE REMBRANDT, POST-SCRIPTUM

« Rembrandt, triste hôpital tout rempli de murmures, Et d’un ...

SOUS LE REGARD DE REMBRANDT : CONSIDÉRATIONS ÉPARSES SUR L’ART, LA PEINTURE ET SON EXPOSITION

Aux fantômes de l’enfance…  « Venez et voyez. » Jean, 1, 39 « [...] ...

ÉPIPHANIE : L’ÉVANGILE POUR TOUS

 « En ce petit matin de l’An tout neuf, quand le ...

ESPRIT ET VISION DE NOËL

Aux chrétiens d’Orient  « Une seule fois Une seule Dans l’histoire du ...

DÉFUNTS

« Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. » (Évangile selon ...

LE PARADIS SELON CHARLES PÉGUY… ET AUTRES CONSIDÉRATIONS

« Deux mille ans de labeur ont fait de cette ...

LA NUIT ÉCLAIRÉE DE JEAN DE LA CROIX

Á ma maman qui ne peut plus lire les beaux textes ...

EN LISANT THÉRÈSE D’AVILA : MÉDITATION SUR L’ÂME, LA LIBERTÉ ET LE DÉNUEMENT

« Celui qui aime l’argent ne sera jamais rassasié et ...

LA POÉSIE COMME PRIÈRE : SUR UN POÈME DE BERNARD LACROIX

« La beauté, c’est l’harmonie du hasard et du bien.» Simone Weil ...

REGARD SUR UN CHEF-D’OEUVRE : LA VIERGE AU PIED D’ARGENT

 «Nous périssons faute d’émerveillement mais non faute de merveilles.» (Chesterton)     ...

POST-SCRIPTUM BALZACIEN

  Dans la note consacrée à Béatrix, je tentais de souligner ...

BEATRIX, BALZAC, CRITIQUE DE L’EGALITE MODERNE

La question de l’égalité est une question centrale de la ...

LE CIEL ET ICI-BAS

 A l’occasion d’un récent séjour dans mon village normand en ...

PENSER DIEU ET PENSER LE MAL APRES AUSCHWITZ

« Je me souviens de mes amis Demandant au seuil de ...

IN MEMORIAM, 21 JANVIER 1793 : SUR LA FRAGILITÉ DES RÉGIMES POLITIQUES *

« C’est un pauvre coeur que celui auquel il est ...

LES CONSOLATIONS DE LA MÉDITATION

Après les 7-9 janvier 2015, Après le 13 novembre 2015, Après le ...

MAURIAC, LA FOI ET REMBRANDT

Lisant ou relisant au cours du mois décembre 2014, plusieurs ...

GEORGES ROUAULT, UN PEINTRE AU COEUR DU MYSTERE CHRETIEN

« Au commencement était le Verbe et le Verbe était ...

LA POESIE COMME SURVIE ET FAÇON D’HABITER LE MONDE

« INCANDESCENCE » DE VIOLETTE MAURICE (1919-2008) (1) La poésie, plus encore ...

REGARD SUR UNE EGLISE, SAINT-PAUL SAINT-LOUIS – PARIS IVè

L’ECLAT DE LA CONTRE-REFORME Ad majorem Dei gloriam (1) (Pour une plus ...

REGARD SUR UN CHEF-D’OEUVRE – 1

Puisque l’objectif principal de ce modeste blog est d’essayer de ...

POST SCRIPTUM AU BILLET SUR LA TRAHISON DU VERBE ET DU BEAU

    Photographie : Emmanuel Fournigault   A la faveur d’une lecture récente et ...

DU LANGAGE, DE L’ART ET DE LEUR DENATURATION OU COMMENT TRAHIR LE VERBE ET LE BEAU

Le langage et l’usage des mots sont, à la fois, ...

Eglises et religion

POUR NOS ÉGLISES, CES LIEUX SACRÉS…

A la mémoire du Père Jacques Hamel, exécuté pendant l’office, le ...

EN NOS PAYS PERDUS : LE PRIEURÉ DE SAINT-GABRIEL-BRÉCY (CALVADOS)

« La Croix demeure tandis que le monde tourne. » (devise ...

PITIÉ POUR LES CIMETIÈRES !

Photographie : Emmanuel Fournigault   « Mais avec tant d’oubli comment faire ...

L’AVENT, TEMPS DE L’ATTENTE

(Photographie : Emmanuel Fournigault) Avec l’Avent, la communauté des chrétiens (et ...

LA TOUSSAINT ET DEFUNTS

(Photographie : Emmanuel Fournigault) Les premier et deux novembre sont successivement ...

ASSOMPTION, MARIE ET CHARLES PÉGUY

« Écoute ma fille, regarde et tends l’oreille ;  ...

LA SAINTE TRINITE

Masaccio – La Trinité (1425-1428) La Trinité (Le Père, Le Fils ...

INOUBLIALBES – 4 – BOSSUET ET LA VANITE DES HOMMES

LE SERMON SUR L’AMBITION   Notre époque (au sens du projet moderne ...

LE TRIO

  « Pour toute chose [...], il y a un temps et ...

BERNANOS ET LA PASSION DU CHRIST

Photographie : Emmanuel Fournigault En cette période de Carême, il m’est ...

LA TOMBE DE L’ENFANT INCONNU

Photographie : Emmanuel Fournigault   C’est un petit village du pays d’Auge, ...

Morceaux choisis

MAURICE BARRÈS : LE DIALOGUE DE LA CHAPELLE ET DE LA PRAIRIE

« Le miracle sacré du dépaysement est désormais dans nos ...

INOUBLIABLES- 5 – Barbara et Marie Paule Belle

Certains pourront trouver étrange que soient citées ici deux merveilleuses ...

INOUBLIABLES – 3 – LA POESIE ET LA MORT

Notre époque s’enorgueillit de prolonger nos vies de pécheurs. Vivre ...

INOUBLIABLES – 2 – LA DOULEUR DE MARGUERITE DURAS

      Lire Marguerite Duras est toujours un bonheur éprouvant. Cela fait ...

MORCEAUX CHOISIS : DIRE L’INDICIBLE ET LE REPRÉSENTER

« Je me souviens de mes amis Demandant au seuil de ...

Pays

D’AUTRES VISAGES DE LA FRANCE (II)

« Il s’était retiré dans ses paysages, là où l’absurde ...

D’AUTRES VISAGES DE LA FRANCE (I)

« Je n’ai presque jamais cessé, depuis des années, de revenir à ...

PAYS D’ORNE ET PAYS FRONTALIERS, REMPARTS CONTRE LES TEMPS PRESENTS

Lassay les Chateaux (Mayenne) Dans deux notes consacrées aux paysages et ...

PAYSAGES ET PAYSANS – II

Photographie : Emmanuel Fournigault Dans la première partie, et, plus exactement, ...

PAYSAGES ET PAYSANS – I

Photographie : Emmanuel Fournigault Savons-nous encore contempler un paysage ? Non pas ...

Limaginairedecharlotte |
8eartmagazine |
marseille 2013 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lesyndromeabascule
| Association culturelle Truc...
| Encredesusu