PITIÉ POUR LES CIMETIÈRES !

Posté le 31 mars 2015 par apreslhistoire dans Eglises et religion, Morceaux choisis

Photographie : Emmanuel Fournigault

Photographie : Emmanuel Fournigault

  « Mais avec tant d’oubli comment faire une rose,
Avec tant de départs comment faire un retour,
Mille oiseaux qui s’enfuient n’en font un qui se pose
Et tant d’obscurité simule mal le jour. »

(Jules Supervielle)

Une actualité récente, aussi révoltante qu’attristante, la profanation dans diverses régions de plusieurs cimetières de confessions différentes, commise, au moins pour l’un de ces cimetières, par des jeunes gens parfois mineurs, nous a rappelé que les cimetières avaient besoin de nous : de notre attention, de notre protection et de nos soins réguliers afin que, le moment venu, l’un d’entre eux puisse nous accueillir aussi dignement que possible.

J’ai espéré un instant, sans y croire vraiment, qu’à la suite de ces actes commis par quelques écervelés, des millions de personnes défileraient à nouveau dans les rues en brandissant des pancartes sur lesquelles on aurait lu : « Nous sommes les tombes profanées. »

Mais de défilé il n’y eut pas. Alors, je me suis résolu à rassembler quelques souvenirs de lecture, principalement constitués de poèmes, afin de rendre hommage à nos cimetières.

Les cimetières, ces lieux de vies : des vies longues que l’on devine tranquilles, des vies écourtées, des vies à peine vécues, des vies emportées par le vent de l’Histoire, des vies brisées. Mais aussi des unions à peine consommées, des mariages longs, comme on n’en fait presque plus… Et puis des ombres, ces ombres errantes chères à Pascal Quignard (1). Des ombres dont il est parfois possible, lorsque l’on fait silence et qu’on reste immobile, de sentir la présence…

Les photographies qui illustrent ces quelques citations, et dont certaines ont déjà été mises en ligne sur ce site, font partie de celles que je prends régulièrement lorsque j’arpente, toujours seul et avec un bonheur inaltérable, les cimetières de notre pays, ces lieux de nos futures vies…

Photographie : Emmanuel Fournigault

               Photographie :                 Emmanuel Fournigault

 

EXTRAITS 

******

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au-dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et, quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur

Victor Hugo (1847)

******

Lorsque tu dormiras, ma belle ténébreuse,
Au fond d’un monument construit en marbre noir,
Et lorsque tu n’auras pour alcôve et manoir
Qu’un caveau pluvieux et qu’une fosse creuse ; 

Quand la pierre, opprimant ta poitrine peureuse
Et tes flancs qu’assouplit un charmant nonchaloir,
Empêchera ton coeur de battre et de vouloir,
Et tes pieds de courir leur course aventureuse,

Le tombeau, confident de mon rêve infini
(Car le tombeau toujours comprendra le poète),
Durant ces grandes nuits d’où le somme est banni,

Te dira : « Que vous sert, courtisane imparfaite,
De n’avoir pas connu ce que pleurent les morts ? »
- Et le ver rongera ta peau comme un remords.

Charles Baudelaire, Remords posthume (in Les Fleurs du mal, 1857)

******

Photographie : Emmanuel Fournigault

              Photographie :                Emmanuel Fournigault

… C’est la saison où tout tombe
Aux coups redoublés des vents ;
Un vent qui vient de la tombe
Moissonne aussi les vivants ;
Ils tombent alors par mille,
Comme la plume inutile
Que l’aigle abandonne aux airs,
Lorsque des plumes nouvelles
Viennent réchauffer ses ailes
A l’approche des hivers.

[...]

Leur tombe est sur la colline,
Mon pied la sait ; la voilà !
Mais leur essence divine,
Mais eux, Seigneur, sont-ils là ?
Jusqu’à l’indien rivage
Le ramier porte un message
Qu’il rapporte à nos climats ; 
La voile passe et repasse ; 
Mais de son étroit espace
Leur âme ne revient pas. 

Alphonse de Lamartine, Pensée des morts (1830, extraits)

******

«Il nous faut expier pour les morts. Il faut réparer pour les morts afin qu’ils nous délivrent à leur tour.

La réconciliation des vivants n’est possible qu’après la réconciliation des morts.» 

Georges Bernanos, Les grands cimetières sous la lune (1937) (2)

******

«Le vieux cimetière oublié tremble. De vieilles tombes oubliées s’ouvrent et des esprits oubliés s’en élèvent.»

Wassily Kandinsky, Du Spirituel dans l’art, et dans la peinture en particulier (1911) (3) 

******

Photographie : Emmanuel Fournigault

                Photographie :                 Emmanuel Fournigault

J’ose espérer (sans trop y croire non plus) que quelques uns des tristes sires qui ont commis ces actes, ou même un seul d’entre eux, liront un jour ces lignes et que, ressentant le chagrin et, pour certains de ces poèmes, le désespoir sans répit qui les ont nourris, ils seront submergés par la honte et le remords. Alors, peut-être, useront-ils de leur force pour tenter d’accomplir leur Salut ; cette même force qu’ils ont eue pour abattre des stèles sans défense ou pour déterrer avant de les jeter aux orties de frêles crucifix.

Plutôt que de conclure sur cette note sans grand espoir, je préfère, à nouveau et toujours, citer. En l’occurrence, il s’agit d’un texte superbe de Pascal Quignard, extrait de son livre, Les Ombres errantes. (4)

Sa lecture achevée, ce texte n’appelle que le silence, un grand silence, le silence qui sied tant aux cimetières… 

Photographie : Emmanuel Fournigault

Photographie : Emmanuel Fournigault

 EXTRAITS 

******

Dernier adieu

« Dans les vallées de la Clidame et de la Tialle on appelait « dernier adieu » un regard. 
Le cercueil était déposé en silence sur le bord de la fosse.
Le curé communal priait, aspergeait, prononçait la bénédiction en silence.
En silence les assistants s’avançaient sur le bord de la tombe, y jetaient simplement, longuement, ce regard.
Ils ne jetaient ni terre, ni fleurs, ni monnaie : seulement ce regard.
Bien sûr, dans les vallées adjacentes et voisines, rivales, concurrentes, le prêtre nommait le mort, louait sa vie et chantait. La parenté, les desservants, les amis jetaient sur le cercueil déposé au fond de la fosse le pot d’encens, le crêpe du service, la chandelle d’agonie, les gants et les bâtons de portage, une croix de la Passion.
Après qu’ils avaient salué le mort ils quittaient l’enceinte du cimetière ; ils retournaient chez le mort, ôtaient du lit la paillasse ; s’éloignaient du village ; brûlaient la paillasse du mort à un carrefour qui n’appartenait pas au territoire de la commune. Brûler la paillasse du mort à un carrefour c’était lui interdire de rentrer chez lui. Le moyen qu’il retrouvât son lit ? C’était l’obliger au Voyage lointain.
Mais ces craintes n’avaient point cours dans la vallée de la Clidame. Rien de tout cela dans la vallée de la Tialle. Le « regard d’adieu » suffisait à tout. Suffisait au partir. » 

******

Photographie : Emmanuel Fournigault

Photographie : Emmanuel Fournigault

Emmanuel Fournigault,
Le 31 mars 2015

_______________________________________________________________________________

(1) Pascal Quignard, Les Ombres errantes (Gallimard, collection Folio, 2012, pour l’édition référencée).

(2) Collection Points (1995, pour l’édition référencée), page 286. 

(3) Gallimard, collection Folio essais (1989, pour l’édition référencée), page 74. 

(4) Pascal Quignard, op. cité, pages 99-100.

Je suis loin, très loin, d’avoir exploré les plis et les replis de l’oeuvre de ce grand écrivain ; oeuvre littéraire protéiforme. On doit à Pascal Quignard des romans, célèbres pour certains : Tous les Matins du monde, Les Escaliers de Chambord, Villa Amalia (superbement adapté au cinéma par Benoît Jacquot avec cette chère Isabelle Huppert dans le rôle principal : celui d’une femme trompée, trahie, déshonorée, qui décide, après avoir surpris l’adultère, de disparaître, d’effacer toute trace de son existence antérieure, en s’exilant en Italie, dans un endroit magique… Et tant d’autres romans. Mais on lui doit aussi un très beau livre sur Georges de La Tour (éditions Galilée, 2005, pour l’édition référencée), des réflexions sur la musique (Pascal Quignard est aussi violoncelliste) et puis aussi cette vaste entreprise, Dernier royaume, constituée de plusieurs volumes, qui paraissent régulièrement. Entreprise de méditations, de citations, de réflexions sur l’histoire, la religion, l’art et dont je pense qu’elle va m’accompagner pendant très longtemps… Ces quelques éléments ne donnent qu’un très bref et très incomplet aperçu de cet écrivain de plus en plus discret et dont les livres ne suscitent aucun battage médiatique. Il faut dire que les centres d’intérêt de Pascal Quignard peuvent dérouter. Il n’est pas exclu que certaines des réflexions développées notamment dans Dernier Royaume (dont je n’ai lu à ce jour que quelques volumes) ne parlent pas ou plus à nombre de nos contemporains…

Les commentaires sont fermés.

D'autres nouvelles

Art et littérature

PASCAL QUIGNARD : LA CONFESSION DE SAINT HIPPOLYTE (et autres extraits)

 « La question de tous les temps est toujours :  Qu’est-ce ...

UNE VISION DU CIMETIÈRE ET AUTRES EXTRAITS DE CRISTINA CAMPO

« [...] le silence prenait sa valeur réelle, qui est celle ...

LE MUSÉE COMME SYMPTÔME

  « On ne saurait bien voir les choses du monde ...

SOUS LE REGARD DE REMBRANDT, POST-SCRIPTUM

« Rembrandt, triste hôpital tout rempli de murmures, Et d’un ...

SOUS LE REGARD DE REMBRANDT : CONSIDÉRATIONS ÉPARSES SUR L’ART, LA PEINTURE ET SON EXPOSITION

Aux fantômes de l’enfance…  « Venez et voyez. » Jean, 1, 39 « [...] ...

ÉPIPHANIE : L’ÉVANGILE POUR TOUS

 « En ce petit matin de l’An tout neuf, quand le ...

ESPRIT ET VISION DE NOËL

Aux chrétiens d’Orient  « Une seule fois Une seule Dans l’histoire du ...

DÉFUNTS

« Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. » (Évangile selon ...

LE PARADIS SELON CHARLES PÉGUY… ET AUTRES CONSIDÉRATIONS

« Deux mille ans de labeur ont fait de cette ...

LA NUIT ÉCLAIRÉE DE JEAN DE LA CROIX

Á ma maman qui ne peut plus lire les beaux textes ...

EN LISANT THÉRÈSE D’AVILA : MÉDITATION SUR L’ÂME, LA LIBERTÉ ET LE DÉNUEMENT

« Celui qui aime l’argent ne sera jamais rassasié et ...

LA POÉSIE COMME PRIÈRE : SUR UN POÈME DE BERNARD LACROIX

« La beauté, c’est l’harmonie du hasard et du bien.» Simone Weil ...

REGARD SUR UN CHEF-D’OEUVRE : LA VIERGE AU PIED D’ARGENT

 «Nous périssons faute d’émerveillement mais non faute de merveilles.» (Chesterton)     ...

POST-SCRIPTUM BALZACIEN

  Dans la note consacrée à Béatrix, je tentais de souligner ...

BEATRIX, BALZAC, CRITIQUE DE L’EGALITE MODERNE

La question de l’égalité est une question centrale de la ...

LE CIEL ET ICI-BAS

 A l’occasion d’un récent séjour dans mon village normand en ...

PENSER DIEU ET PENSER LE MAL APRES AUSCHWITZ

« Je me souviens de mes amis Demandant au seuil de ...

IN MEMORIAM, 21 JANVIER 1793 : SUR LA FRAGILITÉ DES RÉGIMES POLITIQUES *

« C’est un pauvre coeur que celui auquel il est ...

LES CONSOLATIONS DE LA MÉDITATION

Après les 7-9 janvier 2015, Après le 13 novembre 2015, Après le ...

MAURIAC, LA FOI ET REMBRANDT

Lisant ou relisant au cours du mois décembre 2014, plusieurs ...

GEORGES ROUAULT, UN PEINTRE AU COEUR DU MYSTERE CHRETIEN

« Au commencement était le Verbe et le Verbe était ...

LA POESIE COMME SURVIE ET FAÇON D’HABITER LE MONDE

« INCANDESCENCE » DE VIOLETTE MAURICE (1919-2008) (1) La poésie, plus encore ...

REGARD SUR UNE EGLISE, SAINT-PAUL SAINT-LOUIS – PARIS IVè

L’ECLAT DE LA CONTRE-REFORME Ad majorem Dei gloriam (1) (Pour une plus ...

REGARD SUR UN CHEF-D’OEUVRE – 1

Puisque l’objectif principal de ce modeste blog est d’essayer de ...

POST SCRIPTUM AU BILLET SUR LA TRAHISON DU VERBE ET DU BEAU

    Photographie : Emmanuel Fournigault   A la faveur d’une lecture récente et ...

DU LANGAGE, DE L’ART ET DE LEUR DENATURATION OU COMMENT TRAHIR LE VERBE ET LE BEAU

Le langage et l’usage des mots sont, à la fois, ...

Eglises et religion

POUR NOS ÉGLISES, CES LIEUX SACRÉS…

A la mémoire du Père Jacques Hamel, exécuté pendant l’office, le ...

EN NOS PAYS PERDUS : LE PRIEURÉ DE SAINT-GABRIEL-BRÉCY (CALVADOS)

« La Croix demeure tandis que le monde tourne. » (devise ...

PITIÉ POUR LES CIMETIÈRES !

Photographie : Emmanuel Fournigault   « Mais avec tant d’oubli comment faire ...

L’AVENT, TEMPS DE L’ATTENTE

(Photographie : Emmanuel Fournigault) Avec l’Avent, la communauté des chrétiens (et ...

LA TOUSSAINT ET DEFUNTS

(Photographie : Emmanuel Fournigault) Les premier et deux novembre sont successivement ...

ASSOMPTION, MARIE ET CHARLES PÉGUY

« Écoute ma fille, regarde et tends l’oreille ;  ...

LA SAINTE TRINITE

Masaccio – La Trinité (1425-1428) La Trinité (Le Père, Le Fils ...

INOUBLIALBES – 4 – BOSSUET ET LA VANITE DES HOMMES

LE SERMON SUR L’AMBITION   Notre époque (au sens du projet moderne ...

LE TRIO

  « Pour toute chose [...], il y a un temps et ...

BERNANOS ET LA PASSION DU CHRIST

Photographie : Emmanuel Fournigault En cette période de Carême, il m’est ...

LA TOMBE DE L’ENFANT INCONNU

Photographie : Emmanuel Fournigault   C’est un petit village du pays d’Auge, ...

Morceaux choisis

MAURICE BARRÈS : LE DIALOGUE DE LA CHAPELLE ET DE LA PRAIRIE

« Le miracle sacré du dépaysement est désormais dans nos ...

INOUBLIABLES- 5 – Barbara et Marie Paule Belle

Certains pourront trouver étrange que soient citées ici deux merveilleuses ...

INOUBLIABLES – 3 – LA POESIE ET LA MORT

Notre époque s’enorgueillit de prolonger nos vies de pécheurs. Vivre ...

INOUBLIABLES – 2 – LA DOULEUR DE MARGUERITE DURAS

      Lire Marguerite Duras est toujours un bonheur éprouvant. Cela fait ...

MORCEAUX CHOISIS : DIRE L’INDICIBLE ET LE REPRÉSENTER

« Je me souviens de mes amis Demandant au seuil de ...

Pays

D’AUTRES VISAGES DE LA FRANCE (II)

« Il s’était retiré dans ses paysages, là où l’absurde ...

D’AUTRES VISAGES DE LA FRANCE (I)

« Je n’ai presque jamais cessé, depuis des années, de revenir à ...

PAYS D’ORNE ET PAYS FRONTALIERS, REMPARTS CONTRE LES TEMPS PRESENTS

Lassay les Chateaux (Mayenne) Dans deux notes consacrées aux paysages et ...

PAYSAGES ET PAYSANS – II

Photographie : Emmanuel Fournigault Dans la première partie, et, plus exactement, ...

PAYSAGES ET PAYSANS – I

Photographie : Emmanuel Fournigault Savons-nous encore contempler un paysage ? Non pas ...

Limaginairedecharlotte |
8eartmagazine |
marseille 2013 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lesyndromeabascule
| Association culturelle Truc...
| Encredesusu